septembre 17, 2020

Pourquoi je ne crois pas qu’un régime végétalien puisse soigner les problèmes de peau

Par admin
Publicité liée au problème de peau (acné)

Pour moi, la principale motivation pour manger sainement est de se sentir mieux, de contrôler son poids et d’atteindre une santé cutanée optimale.

Avec Toute cette publicité sur le végétarisme ou le végétarisme et les bienfaits d’une peau saine … Ce type de contenus nous donne une impression de désinformation sur la place publique.

D’un autre côté, je ne dis pas que la nourriture vegan est pas bonne pour le corps, car le vert présente de nombreux avantages pour la santé. Il n’y a aucune garantie que votre peau sera meilleure à long terme. Je vous expliquerai mes raisons plus tard.

Alors, pourquoi ne pas manger de la viande, du poisson ou des produits laitiers est mauvais pour votre peau ?

À cause de la production de collagène.

Une production adéquate de collagène est la clé de tous les problèmes de peau liés au vieillissement et à l’apparence. Le collagène est le réseau de liaison des fibres protéiques de la peau qui la maintient élastique, lui donne un aspect lisse et l’empêche de s’affaisser.

Le collagène est la façon dont notre corps se procure du collagène en le fabriquant. Pour ce faire, la peau utilise des éléments constitutifs tels que les acides aminés. Où trouvons-nous des acides aminés ? Des protéines. 

Et si vous y réfléchissez bien, le collagène se trouve dans le corps d’un animal vivant, pas exactement dans une plante, n’est-ce pas ?

Il faut également penser au zinc et à la vitamine B12 (il y a une carence que l’on retrouve couramment chez les végétaliens et les végétariennes) et des quantités plus importantes se retrouvent dans les sources animales.

De plus, la biodisponibilité (la quantité de nutriments facilement absorbée par notre corps) est plus élevée dans les sources animales. Les fruits et les légumes contiennent des tonnes de vitamines et de minéraux bénéfiques pour la peau. Mais il leur manque l’un des principaux éléments constitutifs du collagène ( à savoir les acides aminés) qui se trouvent et sont mieux absorbés dans l’organisme grâce aux protéines animales. 

Priver la peau des éléments de base dont elle a besoin pour produire des quantités suffisantes de collagène peut être préjudiciable si vous voulez que votre peau soit au mieux de sa forme.

Les problèmes de Peau comme l’Acné

Cela doit être vrai. Shmoo doit vraiment être en train de frapper ses préadolescents, parce que maintenant il a des boutons. Hier soir, il a montré les grosses taches rouges sur son menton et m’a demandé : « Qu’est-ce que c’est ? » Mon petit bébé ! La prochaine fois qu’il ira à des rendez-vous et demandera à emprunter la voiture …

J’ai eu affaire à l’acné toute ma vie d’adulte (ils m’ont tous dit que ça passerait, les menteurs !). Et bien que l’acné ait été liée au lait et aux produits laitiers dans plusieurs études, devenir végétalien n’a pas du tout éclairci ma peau.

Au début, je ne savais pas quoi en faire. Chaque matin, je regardais attentivement dans le miroir de la salle de bain, prête à me battre avec mon visage, et je découvrais que je n’avais rien à combattre. Je prenais du recul et je me regardais dans le miroir. Pas de boutons !

Bien sûr, j’aurai toujours des cicatrices d’acné et des pores que l’on peut voir à travers la pièce (ainsi que des rides maintenant, comme c’est beau !), mais pour la première fois de ma vie d’adulte, j’ai la peau claire. 

Bien sûr, bien que je n’aie pas consommé de produits laitiers, mon régime végétalien initial comprenait des portions quotidiennes de boissons gazeuses, de chips, de bonbons et de frites.

Lorsque j’ai appris la densité nutritionnelle et que j’ai commencé à suivre le programme « Manger pour vivre », les choses ont changé. J’ai supprimé le sucre, la farine blanche et l’huile de mon alimentation et j’ai ajouté plus de fruits et de légumes, et en deux ou trois semaines, mon acné avait disparu. 

Les vilaines bosses reviennent et s’enflamment tout le long de mon menton et de ma mâchoire dans les deux à trois semaines qui suivent la reprise de mon alimentation en sucreries. (J’aimerais pouvoir dire qu’une seule expérience de ce genre a suffi à me maintenir pour toujours dans le train, mais je dois admettre que j’en ai déjà chuté plusieurs fois, toujours avec les mêmes résultats).

Puis, la semaine dernière, j’ai découvert que je ne suis pas seul. Voici le passage que j’ai lu dans Anticancer :

« Lorsque [Loren Cordain, PhD] a appris que certains groupes de population dont le mode de vie est très différent du nôtre n’avaient pas d’expérience de l’acné (qui est causée par une inflammation de l’épiderme, entre autres mécanismes), il a voulu savoir comment cela pouvait se produire… Loren Cordain a accompagné une équipe de dermatologues pour examiner la peau de 1 200 adolescents coupés du reste du monde dans les îles Kitavan de Nouvelle-Guinée, et de 130 Indiens Ache vivant en isolement au Paraguay. Dans ces deux groupes, ils n’ont trouvé aucune trace d’acné. Dans leur article paru dans Archives of Dermatology, les chercheurs ont attribué leur étonnante découverte à la nutrition des adolescents. Le régime alimentaire de ces groupes protégés contemporains ressemble à celui de nos lointains ancêtres : pas de sucre raffiné ni de farine blanche, donc pas de pics d’insuline ou d’IGF dans le sang.

Pensez-vous que cette information suffira à convaincre Shmoo de se passer de sucre ? J’en doute. Ce singe ne lâche pas prise. Mais peut-être quand il s’intéressera aux femmes.

Les fruits ne font pas tout pour les problèmes d’acné

Selon l’organisation caritative britannique WRAP, le Royaume-Uni produit actuellement 10,2 millions de tonnes de déchets alimentaires par an, tandis que 4,4 % des émissions mondiales de carbone sont générées par les déchets alimentaires.

C’est ce qui a incité la marque britannique de cosmétiques végétaliens FRUU, créée il y a trois ans, à développer le premier baume à lèvres au monde à base de fruits excédentaires.

La gamme a été lancée dans plus de 800 magasins Holland & Barrett le mois dernier, FRUU espérant notamment toucher une corde sensible aux « millénaires éco-conscients ».

Dr Terence Chung, co-fondateur de FRUU, qui est également chercheur en cosmétique et professeur de sciences dans le secondaire, nous explique :

« Au cours d’un cours de science cosmétique de 10e année, mes élèves m’ont montré les produits cosmétiques qu’ils utilisaient. J’ai remarqué qu’ils étaient tous fabriqués à partir de produits pétrochimiques ou de matériaux naturels. Malheureusement, Ceux-ci consomment beaucoup d’eau, de terre et de combustibles fossiles ».

« Les produits de beauté dits « verts » sont hors de portée de la plupart des gens. Il doit y avoir des alternatives plus durables et plus accessibles ».

« En Australie, pendant trois mois, des chercheurs ont convaincu des adolescents occidentaux d’essayer un régime alimentaire limitant le sucre et la farine blanche. En quelques semaines, leur taux d’insuline et d’IGF a diminué. Tout comme leur acné ».

Les baumes à lèvres de FRUU sont fabriqués à partir d’ingrédients extraits de fruits endommagés et de graines et noyaux de fruits non utilisés .

Il est possible dans fabriquer a partir de beurre de mangue, l’huile d’avocat pressée à froid, l’huile de pépins de pastèque et l’huile de pépins de citron.

Preuve que l’innovation n’a pas toujours besoin d’un gros budget, tout est développé, conçu et fabriqué à la main dans l’atelier de FRUU à Berkshire.

D’ailleurs, il ont prévu de lancer d’autres lignes de produits, dont une crème pour les mains et un masque pour le visage, dans les mois à venir.

C’est le genre d’innovation perturbatrice qui gardera les grandes marques sur le qui-vive. Deplus, elle inspirera sans doute d’autres personnes dans la catégorie des produits de beauté végan à sortir des sentiers battus.

Il est possible de donner à un burger végétalien l’apparence, le goût et le « saignement » de son homologue animal.

Par conséquent, il n’y a aucune raison pour que les marques ne puissent pas fabriquer leurs produits de beauté et cosmétiques sans utiliser d’ingrédients d’origine animale.

Cela peut coûter plus cher ou prendre un certain temps, ce qui peut poser problème pour les petits budgets. Cependant, pourquoi ne le feriez-vous pas si cette option est plus respectueux avec les animaux, leur bien-être et l’environnement ? Belle journée